Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Palestine > Rapport sur l’agression israélienne contre Gaza : Richard Goldstone se défend (...)

Rapport sur l’agression israélienne contre Gaza : Richard Goldstone se défend de toute partialité

mardi 29 septembre 2009, par La Rédaction

Le président de la commission d’enquête de l’ONU sur l’offensive israélienne à Gaza, Richard Goldstone, s’est défendu de toute partialité en présentant mardi les conclusions de son rapport devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève.
Le rapport Goldstone a établi qu’"Israël avait commis des actions qui équivalaient à des crimes de guerre, peut-être des crimes contre l’humanité", au cours de l’opération "Plomb durci" menée du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009 dans la bande de Gaza. Le document de 575 pages conclut également que des "groupes armés palestiniens ont commis des crimes de guerre, et peut-être aussi des crimes contre l’humanité" en tirant des roquettes sur le sud d’Israël.
L’ancien juge sud-africain s’est défendu mardi de toute partialité, soulignant que la volonté de sa commission était d’établir la responsabilité des deux parties dans les actes commis contre des civils en violation du droit international.
"Nous croyons profondément à l’Etat de droit, au droit humanitaire, aux droits de l’homme, et au principe selon lequel les civils, dans la plus grande mesure du possible, doivent être protégés lors d’un conflit armé", a déclaré M. Goldstone devant le Conseil des droits de l’homme, avant un débat sur le rapport.
Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a appelé la semaine dernière la communauté internationale à rejeter les conclusions de la commission d’enquête.
L’ambassadeur israélien à Genève, Aharon Leshno-Yaar, a qualifié mardi de "honteux" le rapport, l’accusant de partialité dans le choix des incidents examinés, d’ignorer le droit d’Israël à se défendre et d’apporter "soutien et justification aux tactiques terroristes". En revanche, l’ambassadeur palestinien, Ibrahim Khraisha, a salué un rapport "objectif".
Près de 1.400 Palestiniens ont été tués, essentiellement des civils, durant l’opération israélienne "Plomb durci" contre le Hamas. Treize Israéliens ont également trouvé la mort, dont quatre civils.
Le rapport a examiné 36 incidents et interrogé des dizaines de témoins palestiniens et israéliens à Gaza et Genève. Le refus d’Israël de coopérer avec les enquêteurs a empêché ces derniers de se rendre dans l’Etat hébreu.
Dans un cas étudié, les forces israéliennes auraient bombardé une maison où des soldats avaient regroupé des civils palestiniens. Sept autres incidents concernent des civils qui ont été la cible de tirs alors qu’ils s’enfuyaient de leur maison pour tenter de se mettre à l’abri.
Le rapport a également établi que des groupes armés palestiniens tirant des roquettes sur le sud d’Israël n’ont pas fait de distinction entre cibles militaires et population civile. Il a également collecté des informations selon lesquelles des Palestiniens ont été utilisés comme boucliers humains par des militants islamistes.
Les enquêteurs recommandent que le rapport soit soumis au Conseil de sécurité de l’ONU afin de contraindre les deux parties à démontrer qu’elles enquêtent sérieusement sur les crimes présumés. En cas de refus de l’une ou de l’autre partie, la commission recommande que le Conseil de sécurité transmette les preuves collectées aux procureurs de la Cour pénale internationale (CPI).
L’ambassadeur israélien, M. Leshno-Yaar, a affirmé au Conseil la volonté d’Israël "d’enquêter pleinement sur toutes les allégations de méfaits". Mais M. Goldstone a qualifié de "pusillanimes" les efforts israéliens pour faire la lumière sur les accusations de crimes, et "d’échec complet" les investigations menées par le Hamas, au pouvoir à Gaza.
Les pays européens au Conseil des droits de l’homme ont accueilli avec prudence le rapport, des diplomates indiquant qu’ils ne soutenaient pas l’ensemble de ses conclusions et critiquant la manière dont le document a été compilé.
Les Etats-Unis ont également critiqué le rapport. "Nous sommes en profond désaccord avec de nombreuses évaluations du rapport et ses recommandations", a déclaré le secrétaire d’Etat adjoint américain Michael Posner. Washington rejette également l’idée d’un transfert du dossier au Conseil de sécurité.

Rapport Goldstone

(Mardi, 29 septembre 2009 - Avec les agences de presse)

<FONT face=Arial color=#ff0000>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2
 
***
 
<FONT face=Arial size=2>Participez à la liste de Diffusion
<FONT color=#ff0000 size=4>" Assawra "
S’inscrire en envoyant un message à :
<A href="mailto:assawra-subscribe@yahoogroupes.fr">assawra-subscribe@yahoogroupes.fr